Le format WebP, définition et utilité

Pour faire une formation Elearning, une classe virtuelle ou une présentation, nous utilisons des images sous toutes leurs formes, qu’elles soient en GIF, en PNG, ou en JPEG…
Mais si ces formats traditionnels sont approuvés par tous, ils ont aussi leurs défauts.
Certains sont lourds et peuvent être longs à charger, d’autres sont plus légers mais ne gèrent pas la transparence ou les animations… Jusqu’à présent, il n’existait donc pas de format parfait.

Mais depuis peu, un nouveau format, le WebP, a fait son apparition et fait de plus en plus parler de lui sur la toile.
Alors, réelle révolution ou simple buzz sans lendemain ?

Partons à la découverte du WebP, de sa création à son utilisation, et découvrons ce qu’il en est vraiment.

Sa création :

Le format WebP est développé par le géant américain Google (c’est donc du sérieux). Il est basé sur une technologie acquise grâce à l’achat de la société On2 Technologies en février 2010. S’il se fait connaitre depuis seulement quelques mois, sa version initiale date donc de septembre 2010, mais elle a été grandement améliorée depuis.

Un format pour les gouverner tous ?

Le format d’image libre de droit WebP a été spécialement conçu pour créer des images plus petites, plus rapides à charger, tout en offrant une qualité optimale.


Le WebP possède les avantages des trois grands formats traditionnels :

  • JPEG pour son large panel de couleurs et sa légèreté,
  • PNG pour sa transparence,
  • GIF pour son animation.

Les images en format WebP téléchargées sur un site améliorent grandement le SEO (c’est Google qui développe, c’est Google qui décide) et le temps de chargement du site, ce qui est un avantage indéniable. Grace à ce format, la vitesse de chargement est comprise entre seulement 1 secondes et 2,5 secondes et cela avec n’importe quelle connexion utilisée.

Les caractéristiques du format WebP :

  • Compression sans perte : Une image peut être compressée sans perte en utilisant le format WebP « sans perte » qui s’appuie sur différentes techniques. Elles transforment les données de l’image et les paramètres.
  • Compression avec perte : Une image peut être compressée avec perte en utilisant le format WebP  « avec perte » qui est basé sur le codage keyframe (codage « image clé ») du format vidéo VP8.
  • Métadonnées : Une image peut avoir des métadonnées stockées dans les formats Exif ou XMP.
  • Transparence : Une image peut avoir une transparence de 8 bits. C’est-à-dire un canal alpha qui peut aussi être utilisé en cas de compression RVB avec perte.
  • Profil de couleur : Une image peut avoir un profil ICC intégré, qui a été créé par le Consortium international des couleurs.
  • Animation : Une image peut avoir plusieurs images avec des pauses entre elles, ce qui en fait une animation comme les GIF.

Quelques chiffres :

  • Selon les mesures de Google, WebP permettrait un gain d’espace de 30% à 80% face à JPEG et PNG.
  • La taille maximale d’une image WebP est de 16 383 x 16 383 pixels, soit environ 268 mégapixels.
  • La compression avec perte WebP est de 25 à 34 % plus légère que les images JPEG de Qualité équivalente, et le format WebP sans perte est en moyenne 26% plus léger qu’une image PNG équivalente.
  • Selon les développeurs, les images représentent environ 65% des données reçues lors de la consultation d’une page Web. Alors les images ultra compressées en format WebP permettrait de réduire considérablement la quantité de données circulant sur Internet.

Navigateurs Web :

Pendant longtemps, le seul vrai problème de ce format fût qu’il n’était pas compatible avec l’ensemble des navigateurs. Mais son utilisation et sa diffusion massive ces derniers mois ont obligé la très grande majorité des navigateurs modernes (comme Chrome, Safari, Firefox, Opera…) à se mettre à jour et à l’adopter.

Comment créer un fichier au format WebP ?

En attendant une éventuelle mise à jour d’Adobe, il faut télécharger et installer un plugin pour pouvoir lire ou exporter des images en WebP sur Photoshop.
Retrouvez toutes les infos dans cet article : https://cutt.ly/UhYho7V


Il existe aussi différents outils en ligne pour convertir vos images sans passer par un logiciel de retouche :

  • Convertio est un outil en ligne qui permet de convertir vos fichiers dans le format que vous souhaitez. Il vous sera ainsi possible de convertir n’importe quel type de fichier dans n’importe quel type de format. Pour optimiser votre digital learning.

https://convertio.co/fr/jpg-webp/

  • Webpconv est un outil qui permet de convertir des fichiers JPEG et PNG en format WebP. Cette application peut s’utiliser sur smartphone ou sur Windows.

https://webpconv.apponic.com/

  • WebPonize est un outil pour Mac qui vous permet de convertir facilement des images en format WebP.

https://webponize.org/

Pour conclure, le format WebP semble avoir vraiment bousculé les habitudes des webdesigners. Il est bien parti pour s’installer comme le nouveau format « Star » de ces prochaines années. Une grande majorité des sites web les plus connus l’a d’ailleurs déjà adopté.

Pour les instants les outils auteurs E-learning (Elucidat, Storyline …) n’acceptent pas tous ce format. On vous tient au courant si les prochaines mises à jour rendent cela possible.

Laisser un commentaire