Le digital learning est-il l’avenir de la formation ?

Dans notre interview, le consultant spécialisé en marketing digital et professeur à l’EM Lyon Business School Franck Guillerot nous donne son avis sur la formation digitale et son importance dans l’éducation et le marché du travail.

Ce professeur a fait l’expérience de digitaliser ses cours grâce à Smart Education de Smart Canal.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de notre échange et sa retranscription.

Vidéo Interview : Formation Digitale

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaine Youtube pour ne manquer aucun épisode !

Retranscription :

Le Digital Learning peut-il remplacer les formations en présentiel ?

Pour des raisons professionnelles, pour des raisons d’organisation de temps et pour une question de déplacement le digital learning va être plus simple pour certaines personnes. Comme on arrive au même résultat à la fin, pourquoi pas avoir le choix de pouvoir le faire soit en présentiel soit à distance ? Il y a aussi le contexte comme on le voit aujourd’hui et heureusement qu’on a des formations à distance parce que sinon je pense qu’il n’y aurait pas beaucoup de gens qui se seraient formés dans ce pays depuis 6 mois. C’est maintenant rentré dans l’esprit des gens qu’on pouvait aussi faire un certain nombre de choses à distance.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de gens qui travaillent à distance et on s’est aperçu que dans la plupart des cas, ça ne posait pas de soucis à l’entreprise. Aujourd’hui, les gens peuvent se dire : « Je veux suivre ce certificat, je veux suivre ce diplôme et pour cela j’ai 2 modalités à ma disposition ; le présentiel et le online. Je vais choisir en fonction de mes besoins mais je sais que les deux sont tous les deux aussi efficace pour arriver au résultat final. »

Le digital permet-il de mieux responsabiliser les apprenants ?

Quand on est sur une formation 100% en ligne, ils sont tous responsable du travail qu’ils doivent fournir et en même temps c’est eux qui prennent les devants pour aller suivre les cours, pour rejoindre l’autre l’équipe dans laquelle ils se trouvent et pour participer à des ateliers à travers les outils dont ils disposent. Personne ne peut pas être passif lors d’un cours en ligne. Ça responsabilise les gens dans le sens où c’est eux qui sont moteur de l’enseignement qu’ils vont apprendre.

Le Digital Learning attire-t-il plus ou moins d’apprenants que le présentiel ?

Ça amène beaucoup plus de simplicité pour ouvrir la formation à un spectre de gens beaucoup plus large que la zone de chalandise sur lequel gravite normalement l’école qui dispense la formation. À partir du moment où vous avez plus de souplesse dans l’organisation de votre temps sans contraintes de déplacement, ça devient tout de suite plus facile. Et c’est d’autant plus vrai à l’international.

La formation digitale et la formation présentielle peuvent-elles coexister ?

Ce qu’il risque d’arriver c’est qu’on va insérer de plus en plus du digital dans un cours présentiel et dans la façon d’enseigner sur un campus. Parce que l’expérience sera meilleure. On ne va pas mettre du présentiel dans un cours 100% à distance car n’a pas de sens. En revanche, on va mettre du digital dans un cours en présentiel, ce qui existe déjà dans pas mal d’universités et d’écoles mais il va y en avoir de plus en plus. Les rôles vont bien se répartir entre ce qu’on va faire en présentiel et ce qu’on va faire à distance. Je pense que dans les années qui viennent, le modèle 100% en présentiel sans digital n’existera plus.

Le Digital Learning peut-il encore évoluer ?

C’est la première fois que je transformais un cours en e-learning. Et je pense qu’un cours, il faut le faire vivre et le faire évoluer au fur et à mesure grâce au retour des gens qui le suivent et à l’évolution des outils et de la pédagogie qui va avec.

Retrouvez notre compte Youtube pour découvrir d’autres épisodes sur la formation digitale : SmartCanal Youtube

Laisser un commentaire